L’interface cerveau-ordianteur voit le jour

L’interface cerveau-ordinateur voit le jour
L’interface cerveau-ordinateur  est nommée autrement interface neuronale directe (IND), en anglais : Brain-Compurer Interface (BCI). C’est une interface de communication directe entre un cerveau et un ordinateur ou un autre dispositif externe. Il faut reconnaître que cette interface joue parfois des rôles sociaux car ses conceptions tendent à aider, à réformer voire à réparer des fonctions cognitives déficientes d’une personne.  Selon la technologie adoptée, l’interface cerveau-ordinateur peut être unidirectionnelle ou bidirectionnelle.  

Comment cette interface cerveau-ordinateur fonctionne-t-elle ?

Il est essentiel de discuter  d’abord la fonction unidirectionnelle et la fonction bidirectionnelle. L’interface cerveau-ordinateur unidirectionnelle envoie vers une entrée machine des informations ou en reçoit à partir d’une sortie machine. L’envoie et la réception ne peuvent pas être simultanés sachant qu’a chaque interface est dédiée un usage particulier, à l’instar des matériels d’entrées-sorties traditionnelles en informatiques. Quant à l’interface cerveau-ordinateur bidirectionnelle, elle peut émettre et recevoir des informations simultanément, comme un simple circuit.

interface.jpg 
Selon les technologies de pointe, l’interface cerveau-ordinateur est implantée dans un cerveau, que ce soit un cerveau d’un homme ou d’un animal ou une culture de neurones. Les propriétés électriques des neurones sont exploitées en exclusivité d’où le cerveau ne doit pas être considéré comme une entité capable de raisonnement exclusivement logique.         

Comment les utrilisateurs vivent-ils l’expérience?

Le participant, un homme ou un animal, positionné dans un siège conçu spécialement pour les séances d’interface cerveau-ordinateur se voit sa tête recouverte d’un casque EEG ou électroencéphalogramme et porte des lunettes particulières. Le participant à la séance d’interface cerveau-ordinateur est placé dans un environnement virtuel immersif lui donnant l’impression de vivre réellement dans une rue surpeuplée et bordée de boutiques.

cerveau-ordinateur.jpg

Au préalable, il a été sensibilisé à maîtriser les « bons » signaux de son cerveau. Les entrées et sorties d’informations lui permettent d’imaginer mentalement les gestes et mouvements de ses pieds pour avancer ou pour faire marche arrière dans cet espace virtuelle, et le mouvement de sa main pour stopper la progression. Le sujet peut vivre un moment extraordinaire durant l’interface cerveau ordinateur.